Bienvenue à Fiskebäckskil !

Et voilà Fiskebäckskil, notre coup de cœur de la Côte Ouest suédoise !  

En dehors du fait qu’il y ait peu de touristes excepté les très BCBG vacanciers suédois, on a adoré le côté croquignolet de ce village de pêcheurs qui se visite principalement à pied. Il fait bon se perdre dans le dédale des minuscules allées piétonnes qui séparent les maisons, on a l’impression de faire quelque chose d’interdit tellement on passe près des habitations, mais en fait non, ces petits chemins sont relativement empruntés par tous. On a passé toute une journée à la plage, nagé et sauté du plongeoir comme des gosses, un vrai bonheur ! Et j’ai bien rougi aussi, 4 jours que mes cuisses s’en souviennent. 

Le soir, reportage et petite balade avec Brouillon sur les hauteurs rocheuses qui surplombent la plage. Encore un soleil couchant à tomber et un Boubou tout content de trouver de la mousse à gratouiller. On le sent de plus en plus à l’aise dans nos balades même s’il nous fait encore des frayeurs, il est visiblement terrorisé par la présence humaine. On est donc très vigilants sur les endroits que nous choisissons pour stationner la nuit, il lui faut du calme et le moins de passage possible.

Pas très pratique pour lier contact me direz-vous … On n’a pas vraiment eu l’occasion de discuter avec d’autres voyageurs en dehors de nos rencontres virtuelles et les toutes jolies que nous avons faites au Danemark. Les gens regardent notre camping-car, c’est d’ailleurs assez cocasse lorsqu’on est occupés à l’intérieur de voir passer et repasser certains qui tentent de lire les inscriptions sans en avoir l’air ! Il y aurait tout de même une étude sociologique à faire sur l’univers des camping-caristes, rien qu’à la façon dont on est regardé lorsqu’on arrive sur une aire, comme si on allait piquer toute la place, il y a comme une petite tension dans l’air …  Quant aux rencontres avec les locaux, elles sont toutes bienveillantes mais la barrière de la langue, la relative distance qu’ils peuvent avoir au premier abord, font qu’elles restent assez pauvres.
Bref, il y a encore du boulot ! 

Bonne journée les héros ! 

Nos prochains passages

Consultez la carte pour nous retrouver !